presentation-patchwork_01
   L’activité « Patchwork » a été mise en place en 1998 au sein du FICL et elle a bénéficié depuis de l’animation de bénévoles compétentes toujours au fait des techniques, qu’elles soient traditionnelles ou plus modernes.

En consultant une bonne encyclopédie, on apprend  que des représentations très anciennes ont été retrouvées en Inde et en Égypte et que les procédés ont été introduits en Italie et dans le sud de la France par des croisés revenant de Palestine. Plus tard, ils sont arrivés en Angleterre où le « patchwork » a pris son nom puis aux États-Unis avec, en particulier, un développement important dans les communautés amish. Au FICL, selon les envies de chacune, le patchwork peut être un passe temps agréable permettant de réaliser de beaux objets utiles (sacs, rideaux, couvre lits…)  ou simplement décoratifs.

   Le « patchwork » peut aussi parfois s’approcher de l’art textile. Cela a été le cas quand, en 2007, trois adhérentes du FICL ont réalisé ensemble une reproduction de « L’Argonaute », la seule œuvre restante de la naturaliste Jeanne Villepreux-Power, femme de sciences et artiste née à Juillac. presentation-patchwork_04
   Aujourd’hui, les adhérentes se retrouvent 2 fois par mois, les mercredis de 9 h à 17 h.
Toutes les techniques sont mises en œuvre :

  • Soit à la main : appliqué, piécé, vitrail, quilting…
  • Soit à la machine : technique de coupe et d’assemblage rapide

Des thèmes sont proposés et, après choix, le travail est effectué sur les formats, les gabarits, les couleurs et les différentes techniques de réalisation.

Périodiquement, des expositions sont organisées.